Mise à jour de projet : le Partenariat en mouvement (janvier 2018)

Chaque année, des milliers de travailleurs au Canada quittent leur collectivité d’appartenance et se déplacent pour mieux contribuer au revenu familial. Certains types d’emploi supposent des allers-retours quotidiens de plusieurs heures; dans d’autres cas, les travailleurs sont forcés de s’absenter du foyer pendant des jours, des semaines, des mois, voire des années… De fait, le phénomène de la mobilité géographique pour le travail (ou celui des déplacements importants pour le travail) est répandu au sein de la main-d’œuvre canadienne, et s’intensifie d’année en année.

L’Institut Vanier de la famille poursuit sa collaboration avec le Partenariat en mouvement en vue de mieux comprendre les incidences de la mobilité sur les ménages, les collectivités et l’économie, dans une perspective nationale.

  • L’animateur de CBC Ideas, Paul Kennedy, collabore avec le Partenariat en mouvement afin de produire deux nouvelles émissions en 2018.
  • Le Partenariat en mouvement prépare une autre activité de mobilisation du savoir en collaboration avec l’Institut Vanier et la chercheuse Christina Murray de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard (UPEI). Cette initiative aura lieu au printemps, à l’UPEI, en lien avec le Symposium du Canada atlantique sur les familles, la mobilité et le travail.
  • L’équipe albertaine du Partenariat en mouvement prépare une série de récits variés sur la mobilité géographique pour le travail afin de mettre en relief la réalité des navetteurs ou des travailleurs autochtones, interprovinciaux et internationaux. Ces récits seront accessibles à partir du site Web du Partenariat en mouvement sur divers supports, notamment en textes et sous forme de documents visuels ou audio, en plus de cartes ou de documents de politiques.
  • Le dernier symposium du Partenariat en mouvement aura lieu à St. John’s, du 14 au 17 novembre 2018. D’autres détails seront disponibles bientôt.

Félicitations à Barbara Neis, Ph. D., lauréate du prestigieux prix Paton 2017 de l’Université Memorial, qui souligne le mérite de personnes ayant incarné la mission de l’université par l’excellence de leur enseignement, la mise en œuvre de travaux de recherche de classe mondiale, et le rayonnement élargi de leur savoir et de leur expertise.

L’Institut Vanier continuera de publier des données d’étude par l’entremise de son site Web, de son infolettre ou des médias sociaux, tout en collaborant et en participant à diverses conférences, tables rondes et autres activités durant l’année 2018.

Pour en savoir davantage au sujet du Partenariat en mouvement et sur la mobilité pour le travail au Canada :

 


Publié le 22 janvier 2018




Fiche infographique : La vie à la ferme et les familles au Canada

Les familles d’agriculteurs ont joué un rôle de premier plan dans l’histoire du Canada, tant du point de vue de l’apport de l’agriculture à l’économie locale et provinciale qu’en ce qui concerne la place du monde agricole dans l’identité des familles et des collectivités. Si l’agriculture s’inscrit manifestement dans la vie des familles qui la pratiquent, c’est notamment parce que ce mode de vie unique touche à la fois au lieu de résidence, au travail, à la culture et aux liens familiaux.

Au Canada, l’évolution des familles d’agriculteurs suit certaines grandes tendances qui teintent aussi le « paysage familial » du pays, comme le vieillissement de la population, la réduction de la taille des familles, l’augmentation du nombre de femmes sur le marché du travail, la présence accrue des technologies en milieu de travail, ainsi que la diversification des sources de revenu des familles.

Pour saisir un peu mieux la situation des familles d’agriculteurs au Canada, l’Institut Vanier de la famille a produit une fiche infographique illustrant les données du Recensement de l’agriculture de 2016.

Quelques faits saillants…

  • Le Canada comptait plus de 193 000 fermes en 2016 (soit un repli de 5,9 % par rapport à 2011).
  • En 2013, on recensait près de 102 000 familles d’agriculteurs au Canada, leur nombre ayant reculé chaque année durant la décennie précédente.
  • L’âge moyen des exploitants agricoles est passé de 47,5 ans en 1991 à 55 ans en 2016.
  • La proportion de familles d’agriculteurs comptant deux membres est passée de 43 % en 2003 à 51 % en 2013, alors que la proportion de celles de cinq membres ou plus a fléchi, passant de 19 % à 14 %.
  • Parmi toutes les fermes au pays en 2016, 8,4 % disposaient d’un plan de relève écrit. Dans 96 % des cas, le successeur désigné était un membre de la famille.
  • En 2015, 57 % des exploitants de 60 ans ou plus recouraient aux technologies pour faciliter leur travail, comparativement à 81 % chez ceux de moins de 40 ans.

 

Téléchargez la fiche infographique La vie à la ferme et les familles au Canada publiée par l’Institut Vanier de la famille.

Pour en savoir davantage, consulter le texte produit par l’Institut Vanier sous le titre « Families on the Farm: A Portrait of Generations and Migrant Workers in Canada », paru dans l’ouvrage Deep Roots que les Nations Unies ont publié dans le cadre de l’Année internationale de l’agriculture familiale.

 


Publié le 16 janvier 2018




Fonds Alan-Mirabelli pour la créativité et l’innovation

Pendant plus d’une trentaine d’années, Alan Mirabelli (1948-2017) a été un membre engagé de l’équipe de l’Institut Vanier, où il a notamment agi comme directeur général (volet administration) et directeur des communications. Alan était bien connu pour son dévouement et son parcours professionnel exemplaire voué à la consolidation des connaissances à l’échelle nationale au sujet des familles du Canada. Cependant, il avait aussi un grand talent artistique, qui s’exprimait grâce à la photographie.

Alan s’est d’abord tourné vers cette forme d’art pour trouver une certaine quiétude, découvrir et exploiter son côté créatif, et aussi pour en apprendre un peu plus sur lui-même. Pour lui, la photographie avait la vertu de « projeter le regard pour mieux se connaître », et il y voyait un processus contemplatif et méditatif qui, au-delà de ses fins propres, permettait aussi une réflexion sur soi. Et cet aspect a pris une place grandissante dans sa vie, jusqu’à son décès.

Ce fut d’abord une passion solitaire, mais Alan a aussi appris à collaborer avec d’autres artistes, en cherchant à favoriser et à soutenir leur expression créative par ses conseils et son encadrement (certains d’entre eux sont d’ailleurs le sujet de ses dernières œuvres).

À ses yeux, l’expression artistique recelait non seulement le pouvoir d’aider chacun sur le plan individuel, mais supposait aussi une grande capacité de transfert du savoir. De fait, l’art est aussi un puissant vecteur de connaissances, de perspectives et d’une certaine compréhension des choses, et Alan a souhaité pouvoir appuyer – durant sa vie et même après – les canaux créatifs et novateurs susceptibles de favoriser cette mise en commun du savoir.

C’est dans cette optique que l’Institut Vanier a mis sur pied le Fonds Alan-Mirabelli pour la créativité et l’innovation afin de mieux comprendre les familles et la vie de famille, en misant sur diverses méthodes et approches empreintes de créativité, d’innovation et d’expression artistique.

Faire un don au Fonds Alan-Mirabelli pour la créativité et l’innovation

Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec la directrice générale de l’Institut Vanier, Nora Spinks, au 613-724-8500, poste 214, ou à l’adresse : dg@institutvanier.ca

« Alan incarnait les multiples visages que lui reconnaissent ceux et celles qui le côtoyaient : ami, collègue, mentor, auteur, conférencier, militant, gestionnaire, enseignant, raconteur, artisan, artiste, père, grand-père, bâtisseur communautaire, source d’inspiration, gardien d’une perspective nationale de la famille, et homme de dignité tout au long de son existence, particulièrement dans sa manière d’être. »

– Al MacKay (ancien président et membre du conseil d’administration, et ex-directeur général intérimaire de l’Institut Vanier)

En mémoire d’Alan Mirabelli


Publié le 12 janvier 2018




In memoriam Alan Mirabelli

C’est avec une profonde tristesse que l’Institut Vanier vous fait part du décès d’Alan Mirabelli, le 20 décembre 2017. Il avait 69 ans.

Membre dévoué de l’équipe de l’Institut Vanier pendant plus d’une trentaine d’années, Alan s’était d’abord joint à l’Institut en 1975, aux côtés de son « complice de toujours », Bob Glossop. Après plusieurs années comme directeur général pour le volet administratif, il avait finalement pris sa retraite en 2007.

Comme retraité, il a consacré de nombreuses heures à l’une de ses véritables passions, soit la photographie. Ses œuvres ont été récemment mises en lumière dans le cadre d’une exposition dans sa collectivité bien-aimée d’Almonte (Ontario). Ses photographies témoignent d’un grand souci du détail, de son amour de la nature et de toute l’expressivité de son être, qui transcende l’objectif.

Alan était un ami cher, un collègue et un mentor. Son départ laissera un grand vide pour plusieurs d’entre nous. Ses réalisations et l’héritage qu’il laisse à l’Institut Vanier de la famille sont un legs inaltérable.

Une célébration en hommage à la vie d’Alan Mirabelli aura lieu le samedi 20 janvier 2018, à 14 h, en l’église First Unitarian Church (30, av. Cleary, Ottawa, Ontario).

Plutôt que d’offrir des fleurs, les personnes qui le souhaitent pourront faire un don à la Fondation Alan-Mirabelli pour la créativité et l’innovation, à la résidence de soins palliatifs Hub Hospice d’Almonte, ou encore à tout organisme de bienfaisance susceptible de procurer joie et bonheur.

 


Publié le 21 décembre 2017




Une initiative du Partenariat en mouvement expose divers travaux de recherche sur les incidences de la mobilité pour le travail

De nombreux Canadiens parcourent d’importantes distances pour aller travailler et doivent s’absenter du foyer durant de longues périodes à cause des modalités ou du lieu de leur travail. Certains partent pendant des semaines, voire des mois sans revenir à la maison. Et le cycle se répète…

Le 5 décembre 2017, divers chercheurs et intervenants de la collectivité se sont réunis pour participer à un forum public sous le thème « En mouvement : la mobilité pour le travail et les incidences sur la famille et la collectivité ».

Le Partenariat en mouvement est un projet de recherche d’envergure nationale chapeauté par l’Université Memorial de Terre-Neuve. Sous la direction de la sociologue Barbara Neis de l’Université Memorial, cette initiative regroupe plus d’une quarantaine de chercheurs issus de 17 disciplines différentes et représentant 22 universités, qui collaborent avec l’Institut Vanier et plus d’une trentaine d’autres partenaires communautaires pour réaliser des travaux de recherche, interpréter des données et transmettre les conclusions à un éventail d’intervenants. Financé par le Conseil de recherches en sciences humaines et par l’organisme Innovate NL, ce projet en est à sa sixième année d’existence.

Ce forum a offert aux délégués un aperçu des résultats de recherche émanant de toutes les régions du Canada sur les différentes tendances liées à l’importante mobilité pour le travail, et sur les impacts qui en découlent pour les collectivités d’origine et d’accueil (en milieu rural ou urbain) ainsi que pour les travailleurs eux-mêmes et leur famille.

Visionnez certains échanges et une séance de Q et R captés lors de cette activité, en cliquant sur le lien ci‑dessous (en anglais seulement) :

 

Pour en savoir davantage sur le Partenariat en mouvement :

 


Publié le 19 décembre 2017