Coup d’œil sur la diversité familiale au Canada (février 2018)

Téléchargez le document Coup d’œil sur la diversité familiale au Canada (février 2018).


Depuis plus de cinquante ans, l’Institut Vanier de la famille s’emploie à observer, à étudier et à analyser les tendances touchant les familles et la vie de famille au Canada. Dès la première heure, le constat a toujours été sans équivoque : la réalité des familles est à visages multiples, puisque leur diversité n’a d’égal que celle des gens qui les composent.

Et ce fut toujours le cas, peu importe que l’on s’intéresse aux familles du point de vue de leur structure, de leur identité familiale, de leur mode de cohabitation, de leur style de vie et de leurs réalités familiales, ou encore que l’on insiste sur les caractéristiques individuelles des membres de la famille, comme leurs antécédents ethnoculturels, leur statut d’immigrant, leur orientation sexuelle ou leurs aptitudes particulières.

En misant sur notre récente fiche infographique intitulée La diversité familiale au Canada (mise à jour au Recensement de 2016), notre nouvelle parution dans la série Coup d’œil sur les statistiques propose un portrait élargi et plus détaillé des familles modernes au Canada, et de certaines tendances qui contribuent à définir notre paysage familial dynamique et en constante évolution. À partir de notre analyse des données et des tendances actuelles, cet aperçu montre que la diversité demeure l’une des caractéristiques centrales de la vie familiale, qu’il s’agisse des familles d’hier et d’aujourd’hui ou de celles des générations à venir. Et cette réalité alimente le dynamisme de la société canadienne en pleine évolution.

Quelques faits saillants…

  • Selon Statistique Canada, le Canada comptait 9,8 millions de familles de recensement en 2016.
  • 66 % des familles au Canada comptent un couple marié, 18 % comptent un couple en union de fait, et 16 % sont des familles monoparentales, soit autant de structures familiales en perpétuelle évolution.
  • Le Québec se démarque des autres provinces canadiennes en ce qui concerne la formation des couples et des relations, puisqu’on y retrouvait une plus forte proportion de couples en union de fait que dans le reste du Canada en 2016 (40 % contre 16 % respectivement) et moins de couples mariés (60 % contre 84 % respectivement).
  • En 2016, le Canada comptait 1,7 million de personnes se réclamant d’identité autochtone, selon la répartition suivante : 58 % des Premières Nations, 35 % des Métis, 3,9 % des Inuits, 1,4 % d’une autre identité autochtone et 1,3 % d’identités autochtones multiples.
  • En 2016, 22 % des Canadiens déclaraient être nés à l’étranger (comparativement à 16 % en 1961).
  • En 2016, plus d’un cinquième des Canadiens (22 %) s’identifiaient à un groupe de minorité visible, dont les trois dixièmes étaient nés au Canada.
  • Le Recensement de 2016 dénombre 73 000 familles formées d’un couple de même sexe; parmi celles-ci, 12 % ont des enfants à la maison.
  • En 2016, le Canada comptait près de 404 000 ménages multigénérationnels, lesquels ont connu la plus forte croissance parmi tous les types de ménages depuis 2001 (+38 %).
  • En 2011, 22 % des grands-parents inuits, 14 % des grands-parents des Premières Nations et 5 % des grands-parents métis vivaient sous le même toit que leurs petits-enfants, comparativement à 3,9 % chez les grands-parents non autochtones.
  • En 2014, les personnes ayant au moins une incapacité représentaient le cinquième des Canadiens de 25 à 64 ans, et cette situation touchait davantage les femmes (23 %) que les hommes (18 %).
  • En 2014, plus du quart des Canadiens interrogés (27 %) considéraient la religion comme étant « très importante » dans leur vie.
  • Au Recensement de 2011 (plus récentes données disponibles), le quart des Canadiens interrogés n’avaient « pas d’appartenance religieuse » (contre 17 % en 2001).

Téléchargez le document Coup d’œil sur la diversité familiale au Canada (février 2018).

Cette publication bilingue présente un caractère intemporel puisqu’elle sera régulièrement mise à jour en fonction des nouvelles données (versions antérieures disponibles sur demande). Souscrivez à notre infolettre mensuelle pour rester au fait des actualités et vous renseigner au sujet des publications, des projets et des initiatives de l’Institut Vanier.

Pour en savoir davantage à propos de la diversité familiale au Canada :

 


Publié le 6 février 2018




Le budget de la famille moderne : le revenu au Canada (janvier 2018)

À l’instar des familles elles-mêmes, le budget de la famille au Canada est à la fois diversifié, complexe et en constante évolution. À cet égard, le revenu familial ne fait pas exception. De fait, les données du Recensement de 2016 montrent que les revenus des ménages au Canada proviennent de sources diverses, et que les arrangements financiers sont appelés à changer au fil du temps, à mesure que les familles réagissent et s’adaptent aux forces socioéconomiques, culturelles et contextuelles en présence.

Compte tenu justement de sa nature complexe et multidimensionnelle, le budget de la famille demeure un concept parfois difficile à cerner. De fait, les paramètres qui influencent les finances familiales sont interdépendants plutôt qu’isolés : si le revenu de la famille est trop mince, il devient pratiquement impossible d’accumuler des économies; si les dépenses sont trop importantes, l’endettement n’est jamais bien loin; si les dettes s’accumulent, c’est le patrimoine familial qui en souffre. Et ainsi de suite… Toutefois, la question du budget de la famille comporte plusieurs aspects qui se révèlent particulièrement intéressants dans une perspective familiale.

Chaque ménage dispose d’un éventail unique de revenus pour répondre à ses différentes obligations, que ce soit au foyer ou dans la collectivité. Ces arrangements financiers ne sont pas fixes, mais évoluent plutôt au fil de l’existence en fonction du contexte familial et des ressources disponibles.

Afin de mieux comprendre ce volet, l’Institut Vanier fait paraître le document Le budget de la famille moderne : le revenu au Canada (janvier 2018).

Quelques faits saillants…

  • En 2015, le revenu total médian des ménages au Canada se chiffrait à environ 70 300 $ avant impôt (61 300 $ après impôt), et celui des particuliers atteignait 34 200 $ avant impôt (un peu moins de 30 900 $ après impôt).
  • Les revenus des ménages provenaient de sources diverses, notamment des revenus d’emploi (environ 71 % des Canadiens ont déclaré de tels revenus), des revenus de placement (30 %), des prestations du RPC ou de la RRQ (23 %), des prestations de la Sécurité de la vieillesse ou du Supplément de revenu garanti (18 %), des paiements de la Prestation fiscale canadienne pour enfants (11 %), des prestations de l’assurance-emploi (9 %), des prestations d’aide sociale (5 %), etc.
  • Certains groupes ont des revenus inférieurs à la moyenne nationale et affichent un taux de faible revenu plus marqué, notamment les femmes, les peuples des Premières Nations, les Inuits et les Métis, ainsi que les immigrants (particulièrement les immigrants récents et les résidents non permanents), les groupes de minorités visibles et les personnes ayant une incapacité.
  • En 2015, près du tiers (32 %) des couples mariés ou en union de fait au Canada ont empoché des revenus « relativement semblables », même si les femmes ont reçu en moyenne autour de 0,87 $ pour chaque dollar gagné par les hommes.
  • Le service de la dette occupe une portion moins importante du revenu des ménages par rapport aux décennies précédentes, alors que ce poste de dépenses est passé de 10,8 % en 1991 à 6,4 % en 2015.
  • Au Canada, un cinquième des aînés (19,8 %, soit 1,1 million de personnes) affirment avoir travaillé à un moment donné en 2015, soit près de deux fois plus qu’en 1995 (à 10,1 %).
  • De nombreux Canadiens de tous âges prévoient continuer de travailler passé l’âge de 65 ans pour s’assurer d’un revenu suffisant, et plus du tiers (36 %) déclaraient en 2014 que les revenus d’un travail régulier faisaient partie de leur planification financière à la retraite.

Le revenu au Canada paraît dans le cadre de la série Le budget de la famille moderne publiée par l’Institut Vanier, qui cible certains enjeux comme les revenus et les dépenses, l’épargne et l’endettement, ou encore le patrimoine et les avoirs nets. Les prochaines parutions dans la même série mettront en relief certaines réalités particulières en lien avec le budget de la famille, notamment chez les familles des militaires et des vétérans, les familles touchées par la mobilité, ainsi que les familles touchées par l’incapacité.

Cette publication bilingue sera régulièrement mise à jour en fonction des nouvelles données. Souscrivez à notre infolettre mensuelle pour connaître les mises à jour et les autres nouvelles concernant les publications, les projets et les initiatives de l’Institut Vanier.

Téléchargez le document Le budget de la famille moderne : le revenu au Canada publié par l’Institut Vanier de la famille.

 

Pour en savoir davantage au sujet du budget de la famille au Canada :

 


Publié le 30 janvier 2018




Fiche infographique : La vie à la ferme et les familles au Canada

Les familles d’agriculteurs ont joué un rôle de premier plan dans l’histoire du Canada, tant du point de vue de l’apport de l’agriculture à l’économie locale et provinciale qu’en ce qui concerne la place du monde agricole dans l’identité des familles et des collectivités. Si l’agriculture s’inscrit manifestement dans la vie des familles qui la pratiquent, c’est notamment parce que ce mode de vie unique touche à la fois au lieu de résidence, au travail, à la culture et aux liens familiaux.

Au Canada, l’évolution des familles d’agriculteurs suit certaines grandes tendances qui teintent aussi le « paysage familial » du pays, comme le vieillissement de la population, la réduction de la taille des familles, l’augmentation du nombre de femmes sur le marché du travail, la présence accrue des technologies en milieu de travail, ainsi que la diversification des sources de revenu des familles.

Pour saisir un peu mieux la situation des familles d’agriculteurs au Canada, l’Institut Vanier de la famille a produit une fiche infographique illustrant les données du Recensement de l’agriculture de 2016.

Quelques faits saillants…

  • Le Canada comptait plus de 193 000 fermes en 2016 (soit un repli de 5,9 % par rapport à 2011).
  • En 2013, on recensait près de 102 000 familles d’agriculteurs au Canada, leur nombre ayant reculé chaque année durant la décennie précédente.
  • L’âge moyen des exploitants agricoles est passé de 47,5 ans en 1991 à 55 ans en 2016.
  • La proportion de familles d’agriculteurs comptant deux membres est passée de 43 % en 2003 à 51 % en 2013, alors que la proportion de celles de cinq membres ou plus a fléchi, passant de 19 % à 14 %.
  • Parmi toutes les fermes au pays en 2016, 8,4 % disposaient d’un plan de relève écrit. Dans 96 % des cas, le successeur désigné était un membre de la famille.
  • En 2015, 57 % des exploitants de 60 ans ou plus recouraient aux technologies pour faciliter leur travail, comparativement à 81 % chez ceux de moins de 40 ans.

 

Téléchargez la fiche infographique La vie à la ferme et les familles au Canada publiée par l’Institut Vanier de la famille.

Pour en savoir davantage, consulter le texte produit par l’Institut Vanier sous le titre « Families on the Farm: A Portrait of Generations and Migrant Workers in Canada », paru dans l’ouvrage Deep Roots que les Nations Unies ont publié dans le cadre de l’Année internationale de l’agriculture familiale.

 


Publié le 16 janvier 2018




Le budget de la famille moderne : les aînés au Canada

La population canadienne vieillit rapidement, si bien qu’un nombre croissant d’aînés au pays administrent aujourd’hui leurs finances familiales en fonction d’un contexte économique évolutif. Par conséquent, plusieurs d’entre eux choisissent de rester – ou de retourner – sur le marché du travail afin d’assumer leurs responsabilités financières, alors que d’autres s’en remettent plutôt à diverses sources de revenus pour répondre à leurs besoins.

Ajustant leurs aspirations et leurs stratégies financières selon cet environnement en constante évolution, les aînés et leur famille contribuent par le fait même à redéfinir les milieux de travail, le concept de la retraite ainsi que le contexte économique global. Afin de mieux comprendre la nature des liens qu’entretiennent les aînés avec le budget familial, l’Institut Vanier a produit un document intitulé Le budget de la famille moderne : les aînés au Canada, qui réunit un éventail de statistiques issues de sources diverses à propos des aînés et de leur bien-être économique, notamment en ce qui concerne l’emploi, le revenu, la retraite et l’endettement parmi cette tranche d’âge.

Quelques faits saillants…

  • En 2016, l’âge moyen des Canadiens à l’heure de la retraite se situait à 63,6 ans, suivant une progression modérée, mais constante depuis 1998 (alors à 60,9 ans).
  • Plus du tiers (36 %) des Canadiens en emploi considèrent les gains d’un emploi régulier au titre de leurs revenus éventuels à la retraite.
  • En 2015, les trois dixièmes des aînés canadiens disaient tirer des revenus d’emploi, ce taux étant encore plus marqué chez les aînés inuits (46 %).
  • En 2015, près d’un aîné sur sept vivait en fonction d’un faible revenu, soit presque quatre fois plus qu’en 1995. Parmi les aînés, la proportion était plus importante chez les femmes (17 % contre 12 % pour les hommes), chez les immigrants récents (22.2 %), ainsi que chez les personnes d’identité autochtone (21,5 %).
  • En 2015, près d’un cinquième des aînés au Canada considéraient leurs frais de logement comme « inabordables », alors qu’ils y consacraient plus de 30 % du revenu total mensuel moyen.
  • Près des quatre dixièmes des aînés interrogés au pays (37 %) prévoient léguer un héritage à leurs petits-enfants.

Cette publication bilingue sera régulièrement mise à jour en fonction des nouvelles données. Inscrivez-vous à notre infolettre mensuelle pour connaître les mises à jour et les autres nouvelles concernant les publications, les projets et les initiatives de l’Institut Vanier.

 

Téléchargez le document Le budget de la famille moderne : les aînés au Canada publié par l’Institut Vanier de la famille.

 

Pour en savoir davantage au sujet du budget de la famille moderne au Canada :

 


Publié le 30 novembre 2017




Faits et chiffres : les familles et la santé mentale au Canada

La plupart des familles sont confrontées à la santé mentale un jour ou l’autre, qu’il s’agisse de troubles mentaux vécus personnellement par un ou plusieurs des leurs, ou par l’entremise des soins prodigués à quelqu’un d’autre. La plupart du temps, les personnes touchées par la maladie mentale réussiront à s’en remettre avec le soutien et les traitements adéquats((Centre de toxicomanie et de santé mentale, Mental Illness and Addictions: Facts and Statistics (s.d.). (Page consultée le 20 septembre 2017.) Lien : http://bit.ly/2jLyV6Y)). À cet égard, les familles jouent souvent un rôle de premier plan par leur aide directe et leur soutien au chapitre de l’encadrement et du financement des soins.

Notre nouvelle fiche de renseignements propose un aperçu des incidences de la santé mentale sur les familles au Canada, notamment en ce qui a trait à la prévalence des troubles mentaux au sein des familles, aux facteurs déterminants ainsi qu’au rôle de la famille pour favoriser la prise en charge en santé mentale.

Téléchargez le document Faits et chiffres : les familles et la santé mentale au Canada publié par l’Institut Vanier de la famille.

 


Publié le 15 novembre 2017