Nathan Battams

Reconnues pour leur diversité, leur résilience et leur force hors du commun, les familles des militaires et des vétérans constituent une trame incontournable du paysage social du Canada. Ces familles sont aux premières lignes car ce sont elles qui offrent soins et soutien à ces êtres chers qui consacrent leur vie à leur pays. Leurs réalités sont uniques en raison de la mobilité, de la séparation et des risques associés au service militaire. Comme la plupart des familles, elles réagissent et s’adaptent aux événements qui se présentent dans leur vie. Leur rôle important est consolidé par des programmes de soutien et des services communautaires fondés sur des données probantes.

Au cours des six dernières années, l’Institut canadien de recherche sur la santé des militaires et des vétérans (ICRSMV) a rapproché des chercheurs, des cliniciens, des étudiants, des militaires et des vétérans à la retraite, ainsi que des représentants de l’industrie et du gouvernement, dans le but de mobiliser les connaissances et de faire progresser la recherche en santé afin de mieux soutenir les membres des Forces armées canadiennes (FAC) et leur famille.

L’Institut Vanier partage le désir de l’ICRSMV, qui est de mieux soutenir les familles de militaires et de vétérans. Nous collaborons étroitement avec des leaders œuvrant au sein de la collectivité, dans les cercles universitaires, dans le milieu de la santé et dans le monde des affaires dans le cadre de l’Initiative pour les familles des militaires et des vétérans au Canada et du Cercle canadien du leadership pour les familles des militaires et des vétérans afin d’améliorer notre compréhension des réalités uniques, des aspirations et des points de vue des familles des militaires et des vétérans. Nous veillons aussi à ce que les familles de militaires bénéficient d’un accès équitable aux services et programmes de leur quartier.

Je suis reconnaissant d’avoir eu l’occasion de contribuer à ma façon toute personnelle au Forum 2015 de l’ICRSMV, lors duquel j’ai fait partie de l’équipe des médias sociaux qui avait pour mission de transmettre au grand public les connaissances dévoilées lors de cet événement. Le Forum 2015 a eu lieu à l’hôtel Hilton Québec, à une distance de marche de La Citadelle, où une statue du fondateur de l’Institut Vanier, le très honorable général Georges P. Vanier – lui-même issu d’une famille de militaires et de vétérans – a récemment été dévoilée, et où ce dernier et Mme Pauline Vanier ont été inhumés. J’étais fier de faire partie d’un événement qui proposait une telle richesse en termes de renseignements, de points de vue et d’inspiration, dans ce contexte qui permettait aux délégués d’un océan à l’autre de démontrer leur dévouement et leur engagement à l’égard de la santé et du bien-être des militaires et des vétérans du Canada ainsi que de leur famille.

Les séances de recherche du Forum 2015 ont offert aux délégués l’occasion d’en apprendre plus sur les études en cours et émergentes portant sur divers sujets en lien avec la santé des militaires et des vétérans, notamment la santé mentale, la santé et le bien-être de la famille, la vie après le service, la technologie de la santé, le harcèlement sexuel, l’adaptation et la résilience, l’itinérance, la thérapie reliée aux traumatismes, et plus encore. La séance d’affichage scientifique du Forum 2015 a fait connaître différentes études et initiatives de recherche, ce qui a permis aux gens présents d’échanger directement avec les responsables des recherches actuelles portant sur la santé des militaires et des vétérans.

Le contenu et plusieurs des conclusions ont piqué la curiosité de l’assistance par leur diversité et la nature des révélations diffusées, notamment :

  • La «parenté fictive » et non biologique joue un rôle important dans le soutien des parents célibataires au sein des militaires.
  • En Australie, la définition de « vétéran » inclut la famille.
  • La grande majorité des parents célibataires au sein des FAC indiquent que les responsabilités liées à la vie militaire sont incompatibles avec la vie de famille.
  • Près d’un conjoint de militaire sur cinq mentionne avoir été relocalisé entre 4 et 6 fois en raison d’une affectation.
  • Des services psychiatriques utilisent présentement des chiens dans le cadre de certaines études auprès de vétérans atteints d’un ESPT afin de détecter et de gérer l’anxiété et les troubles du sommeil.
  • En dépit du discours « sombre » et des nombreuses recherches visant à faire ressortir les défaillances, plusieurs résultats positifs ont été rapportés parmi les enfants vivant au sein d’une famille de militaires et de vétérans.

Avec la présence de délégués provenant de partout au pays et issus de disciplines et d’horizons divers, cet événement a permis de constater l’ampleur du désir national de mieux comprendre et soutenir les familles des militaires et des vétérans du Canada. Comme le mentionnait, à la fin du Forum 2015, la directrice scientifique de l’ICRSMV, Mme Alice B. Aiken, notre désir de « servir ceux qui nous servent » sert de moteur puissant dans les travaux de l’ICRSMV, et ce désir continuera de nous inspirer dans les années à venir.

image_print