La littératie financière au fil des générations

C’est en novembre qu’a lieu le Mois de la littératie financière, une initiative qui aide les Canadiens et Canadiennes à mieux comprendre la gestion des ressources financières et l’endettement afin de favoriser la planification et l’épargne à long terme. Le blogue de cette semaine porte sur la littératie financière d’un point de vue intergénérationnel.


 

Le concept de littératie financière est de mieux en mieux connu depuis quelques années, mais la nécessité de savoir comment gérer ses ressources est sans doute aussi ancienne que l’argent lui-même… Selon l’Agence de la consommation en matière financière du Canada, la littératie financière concerne « les connaissances, les compétences et la confiance en soi requises pour prendre des décisions financières responsables ». Il s’agit d’un principe essentiel au bien-être des familles puisqu’il dicte la capacité de suivre et d’administrer ses finances, qu’elles soient conjuguées au passé (les dettes et les économies), au présent (les revenus et les dépenses) ou au futur (le patrimoine et les placements).

La littératie financière se moule au contexte socioéconomique en évolution, qui détermine lui-même les responsabilités financières de chacun (ainsi que l’apparition d’outils pour en faire le suivi). Par conséquent, le rapport à l’argent est intimement lié au contexte générationnel. Il y a 50 ans, le crédit et l’endettement n’étaient pas aussi omniprésents qu’aujourd’hui dans chaque famille, la société de consommation et la publicité n’étaient pas encore devenues les réalités tangibles que l’on connait, et personne ne pouvait alors compter sur les services bancaires en ligne pour gérer les finances de son ménage. De nos jours, les familles vivent une tout autre réalité financière, notamment en raison de l’augmentation du nombre de ménages comptant deux soutiens, de l’endettement galopant des étudiants et des familles, et de la généralisation des outils de financement flexibles.

Les finances de la famille ne sont pas perçues et comprises de la même manière par les différentes générations, et il en est de même pour les outils permettant de gérer ces finances.

Les particularités de chacune de ces époques font en sorte que le budget de la famille n’est pas perçu et compris de la même manière par les différentes générations, ce qui met en relief l’importance d’échanger au sein de la famille lorsque vient le temps pour l’un ou l’autre de prendre des décisions de nature financière. Chaque membre de la famille apprivoise différents concepts au cours de sa vie : les baby-boomers auront sans doute plus d’expérience que leurs enfants d’âge adulte en ce qui concerne l’achat d’une maison et les réalités contemporaines liées à la retraite, mais les jeunes seront probablement plus à l’aise que leurs parents ou leurs grands-parents avec les outils en ligne de gestion financière. C’est une question d’entraide intergénérationnelle, en quelque sorte.

Compte tenu de l’importance des perspectives générationnelles, le foyer devient le point de convergence idéal pour discuter de littératie financière. Toutefois, plusieurs personnes ont de la difficulté à aborder les questions d’argent avec leur famille, ou hésitent à le faire. Le quart des Canadiens interrogés (24 %) se disent mal à l’aise de discuter de questions financières avec leurs enfants, et 28 % considèrent qu’ils ne disposent pas d’un bagage suffisant pour aborder le sujet avec ces derniers. Néanmoins, les enfants considèrent que leurs parents représentent une précieuse source de renseignements à ce sujet : en effet, 83 % des jeunes Canadiens interrogés se tournent d’abord vers ceux-ci pour se renseigner sur les questions financières, alors que les autres sources d’information arrivent loin derrière.

Qu’il soit question d’études postsecondaires, de l’achat d’une maison, de l’arrivée d’un enfant ou de l’heure de la retraite, la littératie financière constitue un atout appréciable à chacune des étapes et des transitions du parcours personnel et professionnel.

2/3
des Canadiens disent savoir comment rester à l’affût des enjeux financiers.

64 %
des Canadiens prêtent davantage attention à leurs finances cette année en raison de la volatilité de l’économie canadienne.

24 %
des Canadiens ne se sentent pas à l’aise de discuter de finances avec leurs enfants.

28 %
des Canadiens avouent ne pas disposer des ressources qu’il faut pour parler des questions financières avec les enfants.

SOURCE : Le cinquième sondage annuel de BMO lors du Mois de la littératie financière.

 

Téléchargez l’article et la fiche de renseignements sur La littératie financière au fil des générations en format PDF.


Publié le 26 novembre 2015

image_print
2017-12-10T19:27:50+00:002015-11-26|Articles|0 Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les courriels indésirables. Découvrez comment les données sont traitées (en anglais seul.).