Sous la loupe 2019 : Les grands-parents au Canada

Le 7 février 2019, Statistique Canada publiait de nouvelles données sur la famille provenant de l’Enquête sociale générale (ESG) de 2017, offrant ainsi une toute nouvelle perspective sur la diversité des grands-parents du Canada, qui sont en moyenne plus âgés mais en meilleure santé, ont moins de petits-enfants et sont moins disponibles pour offrir des soins que ce n’était le cas auparavant.

Au Canada, les grands-parents forment un groupe diversifié et en pleine évolution, où plusieurs participent activement au bien-être de la famille et à son fonctionnement, notamment dans leurs rôles de mentors, d’éducateurs, d’aidants, de gardiens d’enfants, d’historiens, de guides spirituels et de « dépositaires de la mémoire familiale ». Compte tenu du vieillissement de la population canadienne et de l’augmentation de l’espérance de vie, les grands-parents continueront de jouer un rôle important dans la vie de famille, voire un rôle grandissant.

Cette publication de Statistique Canada apporte un nouvel éclairage précieux sur certaines tendances sociales et démographiques qui se rapportent aux grands-parents, aux arrière-grands-parents et à leur famille :

Le nombre de grands-parents au Canada a augmenté au fil des ans, mais ils représentent une plus petite proportion de la population.

  • Le Canada comptait plus de 7,5 millions de grands-parents en 2017, comparativement à 5,4 millions en 19951.
  • En 2017, 47 % des Canadiens âgés de 45 ans et plus étaient grands-parents, par rapport à 57 % en 19952.

Les grands-parents ont moins de petits-enfants que les générations précédentes, en raison de la diminution des taux de fécondité au fil des décennies.

  • En 2017, les grands-parents au Canada avaient en moyenne 4 petits-enfants (contre 5 en 1995) et 43 % d’entre eux avaient moins de 5 petits-enfants (comparativement aux trois quarts en 1995)3.

La population des grands-parents au Canada est de plus en plus âgée, ce qui correspond à d’autres tendances démographiques plus larges.  

  • En 2017, l’âge moyen des grands-parents était de 68 ans (comparativement à 65 ans en 1995) alors que l’âge moyen des nouveaux grands-parents se situait à 51 ans pour les femmes et à 54 ans pour les hommes en 2017 (c’était la première fois que cette question était posée dans l’ESG)4.
  • En 2017, près de 8 % des grands-parents étaient âgés de 85 ans et plus, comparativement à 3 % en 19955.

Les grands-parents (et de plus en plus d’arrière-grands-parents) entretiennent des relations plus longues que par le passé avec les générations plus jeunes, ce qui s’explique par l’augmentation de l’espérance de vie.

  • En 2014-2016, l’espérance de vie à la naissance au Canada était de 84 ans pour les femmes et de 79,9 ans pour les hommes, soit des augmentations de 4 et de 6,6 ans, respectivement, par rapport à 19866, 7.
  • En 2014-2016, on estimait que l’espérance de vie à 65 ans (c.-à-d. l’estimation de l’espérance de vie restante chez les gens de 65 ans et plus seulement) s’élevait à 22,1 ans pour les femmes et à 19,3 ans pour les hommes, soit des augmentations de 3 et de 4,3 ans, respectivement, comparativement à 19868, 9.
  • En 2011, la durée moyenne de la grand-parentalité au Canada était estimée à 24,3 ans pour les grands-mères et à 18,9 ans pour les grands-pères10.

Une proportion grandissante de grands-parents cohabitent avec les générations plus jeunes au sein de ménages multigénérationnels et « sans génération intermédiaire ».

  • En 2017, 5 % des grands-parents vivaient sous le même toit que leurs petits-enfants (comparativement à 4 % en 1995), cette proportion étant plus élevée chez les grands-parents nés à l’étranger (9 %)11.
  • En 2016, le Canada comptait près de 404 000 ménages multigénérationnels (c.-à-d. où trois générations et plus vivent sous le même toit) – soit une augmentation de 38 % depuis 2001. Il s’agit d’ailleurs du type de ménage qui a connu la croissance la plus rapide au cours de cette période12.
  • En 2016, près de 33 000 enfants de 0 à 14 ans au Canada vivaient au sein d’un ménage sans génération intermédiaire (c.-à-d. qu’ils cohabitent avec les grands-parents en l’absence des parents)13.

Les grands-parents sont plus susceptibles de se déclarer en bonne santé qu’auparavant – une tendance appuyée (notamment) par les importants progrès réalisés en santé publique qui ont permis de prévenir, de dépister et de traiter les maladies.

  • En 2011, parmi les grands-parents interrogés au Canada, près de 8 sur 10 (77 %) qualifiaient leur santé de bonne, très bonne ou excellente, une proportion qui atteignait 70 % en 198514.
  • En 2011, moins du quart (23 %) de tous les grands-parents interrogés au Canada estimaient que leur santé était passable ou mauvaise, un taux qui s’affichait à 31 % en 198515.
  • En général, les grands-parents au Canada étaient à 44 % plus susceptibles de se déclarer en bonne santé en 2011 qu’en 198516.

Pour solliciter une entrevue, veuillez communiquer avec le colonel (retraité) Russell Mann, conseiller spécial de l’Institut Vanier, au 613-406-8501, ou lui écrire à l’adresse : rmann@institutvanier.ca.

Les grands-parents, les arrière-grands-parents ainsi que les relations intergénérationnelles seront parmi les nombreux sujets abordés lors de la Conférence sur les familles au Canada 2019 les 27 et 28 mars 2019 – un événement national pancanadien au cours duquel se réuniront des organismes qui s’emploient à étudier, à servir et à soutenir les familles, pour deux journées vouées à la mise en commun du savoir en vue d’amorcer un dialogue inspirant. INSCRIVEZ-VOUS DÈS AUJOURD’HUI ou souscrivez à notre infolettre pour en savoir plus!

L’Institut Vanier de la famille est un organisme de bienfaisance national et indépendant, dont les activités visent à mieux comprendre la diversité et la complexité des familles, ainsi que la réalité de la vie de famille au Canada. L’Institut propose un vaste éventail de publications, d’initiatives de recherche, de présentations et d’interactions dans les médias sociaux afin de mieux comprendre comment les familles interagissent avec les forces socioéconomiques, contextuelles et culturelles, dans quelle mesure elles les influencent et comment elles réagissent à celles-ci.

 


Publié le 8 février 2019

 

Notes


  1. Statistique Canada, « Histoire de famille : les grands-parents au Canada » dans Le Quotidien (7 février 2019). Lien : https://bit.ly/2SyX80d.
  2. Ibidem
  3. Ibidem
  4. Ibidem
  5. Ibidem
  6. Rufteen Shumanty, « Mortalité : Aperçu, 2014 à 2016 » dans Rapport sur l’état de la population du Canada, no 91-209-X au catalogue de Statistique Canada (28 juin 2018). Lien : https://bit.ly/2AZKVYK.
  7. Statistique Canada, « Espérance de vie » dans Gens en santé, milieux sains, no 82-229-X au catalogue de Statistique Canada (11 janvier 2010). Lien : https://bit.ly/2MRCumM
  8. Shumanty, « Mortalité : Aperçu, 2014 à 2016 ».
  9. Bureau du surintendant des institutions financières, Projections de mortalité pour les programmes de sécurité sociale au Canada (avril 2014). Lien : https://bit.ly/1qHgNoy
  10. Rachel Margolis, « The Changing Demography of Grandparenthood » dans Journal of Marriage and Family, vol. 78, no 3 (mars 2016). Lien : https://bit.ly/2TOoHAs
  11. Statistique Canada, « Histoire de famille : les grands-parents au Canada ».
  12. Statistique Canada, « Familles, ménages et état matrimonial : faits saillants du Recensement de 2016 » dans Le Quotidien (2 août 2017). Lien : https://bit.ly/2P5SwJn
  13. Ibidem
  14. Rachel Margolis, « La santé des grands-parents et le bien-être de la famille » dans Transition (5 septembre 2017). Lien : https://bit.ly/2AvvQgg
  15. Ibidem
  16. Ibidem

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les courriels indésirables. Découvrez comment les données sont traitées (en anglais seul.).