Le 6 mars 2019, Statistique Canada publiait de nouvelles données dans le cadre de l’Enquête sociale générale (ESG) de 2017, qui indiquent que la proportion de Canadiens vivant seuls en milieu de vie adulte (c’est-à-dire entre 35 et 64 ans) était en hausse depuis les dernières décennies, et ce, même si la plupart demeurent actifs sur le plan social et ont l’intention de former une union ou d’avoir des enfants un jour.

Qu’elles soient le résultat d’un choix, d’une question de culture ou de simples circonstances, les données du Recensement démontrent que les ménages composés d’une seule personne sont devenus – une première dans l’histoire canadienne – le type de ménage le plus courant au Canada. Toutefois, les détails de ce profil, dévoilés aujourd’hui dans la publication de l’ESG et le recensement, indiquent que plusieurs de ces « résidents solitaires » de plus en plus diversifiés entretiennent des relations étroites avec leurs proches.

Quelques faits saillants :

  • En 2017, 12,9 % de la population canadienne âgée entre 35 et 64 ans vivait seule, comparativement à 7,6 % en 1981.
  • En 2017, environ la moitié (46 %) des « résidents solitaires » séparés ou divorcés de 20 ans et plus avaient au moins un enfant, issu d’une union précédente, âgé de moins de 19 ans. Parmi ces parents, 74 % ont affirmé qu’ils entraient en contact avec leur enfant au moins une fois par semaine par téléphone, texto, courriel ou vidéobavardage, et 59 % ont indiqué qu’ils avaient cohabité avec leur enfant pendant une certaine période au cours de l’année précédente.
  • En 2017, un tiers (33 %) des jeunes adultes (entre 20 et 34 ans) vivant seuls étaient en couple avec une personne vivant dans un foyer différent (au sein de couples « vivant chacun chez soi »).
  • En 2017, la plupart des « résidents solitaires » ont affirmé qu’ils seraient éventuellement disposés à vivre en union libre (72 %) ou qu’ils avaient l’intention de se marier ou de se remarier (59 %), et 67 % ont précisé qu’ils avaient l’intention d’avoir un enfant un jour.
  • En 2017, 45 % des femmes vivant seules étaient des aînées (âgées de 65 ans et plus), comparativement à 24 % d’hommes vivant seuls.

Pour solliciter une entrevue, veuillez communiquer avec la directrice de l’Institut Vanier, Nora Spinks, à l’adresse adjointe-direction@institutvanier.ca.

Plusieurs des sujets traités dans l’ESG, ainsi que des données de cette enquête, seront abordés lors de la Conférence sur les familles au Canada 2019. Lors de cet événement national pancanadien organisé par l’Institut Vanier de la famille, des organismes qui s’emploient à étudier, à servir et à soutenir les familles se réuniront pour deux journées vouées à la mise en commun du savoir en vue d’amorcer un dialogue inspirant. INSCRIVEZ-VOUS DÈS AUJOURD’HUI!

Publié le 6 mars 2019